Après de très très longs mois d’attente, voici enfin le dernier volet concernant mon projet de création d’une chaîne Hi-fi DIY. Le dernier article vous présentant le matériel utilisé date maintenant d’avril 2018, une éternité !

Je me penche donc sur la rédaction de l’article afin de vous partager la dernière partie de le conception, à savoir l’installation logiciel, mais aussi l’installation matérielle dans la carcasse de ma chaîne hi-fi. Vous allez le voir, cela n’a pas été de tout repos !

Test de positionnement des composants

Avant même de commencer à installer réellement le matériel dans la carcasse j’ai passé du temps à essayer différentes configurations d’installation. Et oui, il fallait réussir à caser tous les composants dans les deux boîtiers et trouver le meilleur emplacement pour chacun. Ce qui n’est pas une chose aisée.

Positionnement des composants

Certains composants avaient des emplacements plus évidents que d’autre. Par exemple, la carte d’alimentation ne pouvait que se situer dans le boîtier du bas, puisque c’est ici qu’arrive le câble 220v. Même chose, l’écran avait déjà son emplacement dans le boîtier du dessus, mon écran OLED avait donc déjà sa place.

Positionnement des composants

Schématisation du câblage

J’ai ensuite pris le temps de schématiser proprement les différents câblages que j’allais devoir réaliser. L’idée est de savoir facilement ou doit se raccorder telle ou telle broche du Raspberry.

Pour rappel, j’utilise donc un Raspberry Pi 3, une carte ST400 V2, un écran OLED, une carte Remote Pi Board, et une carte d’alimentation 220v-12V/5A.
La difficulté réside également dans le fait que la chaîne hi-fi est scindée en deux blocs, reliés entre eux à l’aide d’une limande. J’ai donc dû utiliser cette limande pour raccorder la LED infrarouge, le bouton Power, la LED Power et mon écran OLED installés dans le boîtier supérieur avec le Raspberry Pi et les autres composants situés dans le second boîtier.

Afin de schématiser mon câblage j’ai d’ailleurs utilisé l’utilitaire qElectrotech qui est entièrement gratuit. Voici à quoi ressemble le câblage que j’ai à réalisé.

Schéma de cablage
Schéma de cablage

C’est parti pour le câblage et l’installation

Une fois que l’agencement à été trouvé, et que le câblage était défini, il ne restait plus qu’à utiliser le fer à souder, la Dremel, et tout outil nécessaire à l’installation.

Cela n’a pas été simple, car il fallait réussir à tout caser, et vu la quantité de fil, surtout dans la partie inférieure, ce fut un vrai casse-tête.

La partie supérieure a été plus simple, même si j’ai du supprimer le lecteur de CD, qui ne m’était plus utile. Il y avait juste à câbler l’écran OLED. J’en ai profité pour réutiliser le bouton Power de la chaîne, afin de le relier au Remote Pi Board (qui lui se trouve dans la partie inférieure). Même chose pour la LED infrarouge et la LED d’alimentation. Le tout était ensuite relié au connecteur arrière, que j’ai dû légèrement modifier puisqu’il était à la base soudé sur les cartes électroniques.

J’ai également du par endroit jouer de la Dremel afin d’agrandi des trous, coupés des parties métalliques qui dépassaient, ou enlever des morceaux de la structure pour que tout rentre. Bref, pas mal de travail mine de rien.

Installation Logiciels

Une fois tout le matériel câblé et installé, il a fallu s’attaquer au logiciel.

J’ai donc utilisé Volumio pour le système installé sur le Raspberry Pi. C’était le système audio qui me convenait le mieux, mais il en existe plein d’autres, a vous de voir ce qui vous correspond le mieux.

Volumio

Pour l’installation, c’est relativement simple, puisqu’il vous suffit de mettre l’image sur votre carte SD à l’aide de l’utilitaire Etcher (je vous ai expliqué comment faire dans cet article), et de démarrer pour la première fois votre Pi.

Je vous conseille de relier votre Raspberry en Ethernet afin de pouvoir vous connecter dessus. Récupérez l’adresse IP, et saisissez-la dans votre navigateur.

Un utilitaire de configuration va apparaître, il vous suffit de le suivre. Dans mon cas, je lui ai donné le nom que je souhaitais, l’ai connecté à mon wifi, configuré mon NAS avec ma bibliothèque musical et pour finir, j’ai indiqué que j’utilisais un DAC, le ST400.

D’ailleurs la documentation Volumio est plutôt bien faite : https://volumio.github.io/docs/index.html

A partir de maintenant Volumio est opérationnel, mais la carte Remote Pi Board ne l’est pas, ni mon écran OLED. Afin de pouvoir installer tout ça, il me faut un accès SSH, qui n’est pas configuré par défaut. Il faut alors se rendre sur http://adresseipdevotrepi/dev et de cliquer sur « Enable » dans la partie SSH.

Configuration SSH

Pour la carte Remote Pi Board, il y a plusieurs possibilités, à savoir l’installation du Plugin RemotePi Board directement via Volumio, ou bien installer les scripts à la main.

La première chose, est de configurer le Remote Pi Board afin de pouvoir allumer/éteindre votre Pi via une télécommande infrarouge.

Vous pouvez également configurer entièrement votre télécommande via LIRC.

Rassurez-vous, il y a une documentation assez complète via les liens suivants.

Ensuite pour l’écran, comme indiqué dans l’article précédent j’ai utilisé pydPiper. J’ai donc suivi la documentation pour l’installer, et modifié deux trois paramètres afin que cela me corresponde (je vous avoue que je ne me souviens pas de tout ce que j’ai modifié exactement).

Et voilà, j’ai maintenant une chaîne hi-fi, disposant de Volumio, pouvant lire ma bibliothèque de musique, mais aussi sur laquelle je peux diffuser de la musique via Airplay 🙂 !

Des soucis ? Oui !

Je ne vais pas vous raconter tous les détails puisque ce serait trop long, et que ça en deviendrait inintéressant. Mais il faut savoir que tout n’a pas fonctionné dès le premier coup, et surtout que je traîne encore quelques petits soucis, pas dérangeant, mais qu’il faudrait que je prenne le temps de corriger.

L’un des soucis que j’ai eu, c’est au niveau de l’alimentation du Raspberry Pi. Normalement la carte ST400 est censée fournir le 5V au Pi, mais j’avais des soucis assez récurent comme le son qui saute, etc. Après de multiples recherches, mon alimentation 12v, donne seulement 11,9v au ST400, qu’il convertit en 4,9v au Pi, ce qui est trop juste dès qu’on tire un peu dessus.

J’ai donc acheté un convertisseur DC-DC réglable, pour alimenter uniquement le Pi. De cette façon, le 12v de mon alimentation est converti en 5,2v vers le Pi.

L’autre soucis, c’est avec la télécommande qui était avec la chaîne. Aucun problème pour allumer/éteindre, mais lorsque je configure LIRC pour utiliser les autres boutons, le fonctionnement est aléatoire. Je pense que cela vient de la télécommande, puisqu’avec une autre, je n’ai pas constaté ce problème. Pas trop dérangeant en soi, mais c’est pour le coup un peu moins pratique.

Enfin, j’ai quelques soucis avec l’écran OLED qui parfois ne fonctionne pas correctement voir pas du tout. Pour le coup, je pense qu’il s’agit plutôt d’un problème avec mon câblage, qui n’est pas assez bien fait. Il faudrait que je le refasse pour résoudre le souci. Mais juste pour dire que ce n’est pas si simple que ça finalement.

Content du résultat ?

Pour finir -enfin- cette série d’articles, je suis tout de même très content du résultat. Ce projet n’est pas parfait à 100%, mais il a été très enrichissant, et malgré les quelques défauts que je vous ai cités juste avant, nous utilisons régulièrement cette chaîne hi-fi.

Nous diffusons régulièrement Spotify via Airplay dessus, avec une qualité tout à fait satisfaisante ! Bref, un bon projet à mes yeux.

J’espère que vous aurez apprécié cette 3ème partie qui a été très longue à arriver, mais, à la base, je voulais qu’elle soit dans un état parfait de fonctionnement avant de vous écrire cette partie. Finalement, je pense que c’est aussi ce qui fait le charme de ce projet, le fait qu’il y ait quelques défauts n’est pas rédhibitoire.

À bientôt sur cloriou.fr